Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

Détection olfactive

Comment les chiens "voient-ils" avec leur nez





Non seulement nous ne sommes pas toujours en train d'utiliser notre odorat, explique Alexandra Horowitz, mais lorsque nous l'utilisons, c'est souvent parce qu'on sent une bonne ou une mauvaise odeur: il s'agit rarement d'une simple source d'information. Les odeurs que nous percevons la plupart du temps sont soit agréables soit répugnantes, très peu ont un caractère aussi neutre que notre vision... de même que nous voyons le monde, le chien le sent.

Il y a deux conduits aériens dans la truffe (entre 2.000 et 3.000 millions de capteurs, contre 6 millions chez l'homme) : l'un pour respirer, l'autre pour sentir le monde environnant, percevoir les mouvements, ou encore faire la différence entre amitié et hostilité. Plus impressionnant encore, le nez du chien l'aide à voir des choses qui ne sont plus ou pas encore visibles: il détecte ce qui a eu lieu plus tôt (la voiture garée à un emplacement quelques minutes plus tôt) et ce qui n'est pas encore arrivé (une personne qui tourne au coin de la rue).

Nous sommes peut-être capables de remarquer que quelqu'un a ajouté une cuillère de sucre à notre café, mais le chien peut détecter cette cuillère de sucre dans l'équivalent de deux piscines olympiques.

Mais l'être humain aussi a du flair ! 
Très instructif "De la molécule à l'odeur".



Utilisation et utilité du dispositif STU-100
Lauryn E. De-Greeff et Kenneth G. Furton - Collection and identification of human remains volatiles by non-contact, dynamic airflow sampling and SPME-GC/MS using various sorbent materials, in Anal Bioanal Chem (2011) 401:1295–1307