Grâce à la liberté dans les communications, des groupes d’hommes de même nature pourront se réunir et fonder des communautés. Les nations seront dépassées.
Friedrich Nietzsche (Fragments posthumes XIII-883)

09 - FÉV 15 - transcr. fpci Croisée chemins



À la croisée des chemins de Madeleine et Joana (Os caminhos cruzados de Maddie e Joana)

SIC – 15.02.2009 - Pedro Coelho, Rita Jordão


Le défenseur ingénu  (The Dock Brief)


Voix Off : Jusqu'à preuve du contraire les disparitions de Joana Cipriano et de Madeleine McCann ont seulement en commun d'avoir eu lieu dans la même zone géographique où elles furent vues pour la dernière fois. En tête de la liste des points qui les séparent il y a 963 jours entre les deux disparitions, et ensuite Joana, 8 ans, disparue le 12 septembre 2004, Madeleine, 3 ans, disparue le 3 mai 2007. Joana, fille de famille dysfonctionnelle, Madeleine, née dans la classe moyenne supérieure. Joana portugaise et brune, Madeleine, anglaise et blonde.
Cette différence criante n'a pas empêché une agence de détective engagée par Madeleine's Fund, qui prend en charge les frais de la recherche de Madeleine, de dépenser de l'argent, du temps et de l'énergie en acculant les deux affaires à fusionner.

Marcos Aragão Correia : (à la campagne) C'est un endroit qui aurait dû être... et peut-être pourrait encore être étudié. Un endroit qui peut correspondre à la description que fait Leonor des montagnes ... au-dessus des montagnes de Figueira …
VO : Toutes les histoires ont des personnages. Dans ce puzzle où les pièces ne s'emboîtent pas même en les forçant, l'avocat Marcos Aragão Correia sera loin d'avoir le rôle-titre. Mais ce qu'il dit, la manière dont il le dit, ce qu'il fait, comment il le fait, obligent à le regarder. Comme si derrière l'avocat de Madère il y avait des néons aveuglants clignotant de manière intermittente et éblouissant, empêchant de découvrir d'autres protagonistes.
MAC : Alors pourquoi Gonçalo Amaral, à l'époque, voulait tellement utiliser les chiens de Faro, dans l'affaire Madeleine, ils pourraient encore détecter quelque chose sur ces terres.
Pedro Coelho : Que cherchez-vous, Marcos Aragão Correia, dans les monts de Figueira où il y a plus de quatre ans Joana disparut ?
MAC : Vous ne pouvez pas exclure que cela pourrait être un endroit parmi plusieurs autres.

VO : MAC est l'avocat qui en Septembre 2008 a assumé la défense de la mère de Joana (image de Leonor à la Cour en 2008), Leonor Cipriano, condamnée à 16 ans de prison pour la mort de sa fille et dissimulation de son cadavre. Leonor et son frère João Cipriano, co-auteurs du crime, n'ont jamais dit où ils s'étaient débarrassés de la fillette. MAC croit avoir éclairé la confession de Leonor.
MAC : Cette confession de Leonor (la dernière de 9 versions différentes) résulte de la mise en présence non seulement d'éléments matériels, mais aussi d'éléments spirituels. Donc, j'ai confronté Leonor avec des informations que je n'avais aucun moyen de savoir. (MAC est assis sur un sofa)
PC : Comment en aviez-vous connaissance ?
MAC : (gesticule ) Err , je vais répondre à votre question, comment je le savais ? À travers l'information médiumique . J'ai dit je sais ceci, ceci et cela. Leonor maintenant, c'est à vous, est-ce vrai ? Dites-moi si cela est vrai ou non. Evidemment Leonor, confrontée à des choses dont je n'avais aucun moyen d'avoir connaissance, qu'elle seulement savait par rapport à la disparition de Joana, a commencé à pleurer .

VO : Dans les montagnes de Figueira , Marcos Aragão Correia cherche le corps de Joana .
MAC : (à un villageois) Quelqu'un de la police vous a-t-il parlé au moment de la recherche Joana? (mouvement de dénégation du villageois).
(Flash back – Jugement des Cipriano 11/11/2005)
VO : Un saut dans le temps nous met aux côtés de Leonor Cipriano, le jour où elle et son frère João ont entendu la sentence qui les a condamnés, et les mots brutaux de la juge qui a appliqué la peine maximale de plus de 20 ans pour la mère, plus de 19 pour l'oncle. (Photo de Leonor Cipriano parlant à son ancien avocat João Grade dos Santos). Pendant presque une heure ils ont entendu la juge dire qu'ils étaient coupables de frapper, démembrer et cacher le corps de Joana. En appel du jugement Leonor allait remporter quatre ans de liberté. (Son d'un chien qui aboie, rivière).
Lorsque Joana disparut en Septembre 2004, chiens et les hommes ont minutieusement fouillé Figueira. (rue et maison de L. Cipriano) La police judiciaire a conclu alors que la fillette avait été tuée à l'intérieur de la maison, les vagues indices d'un corps agonisant contre un mur n'ont pas laissé de doute aux enquêteurs.
(Image de João Cipriano trompant la police dans la recherche du corps de Joana)
VO : L'enquête a déterminé que João Cipriano, co-auteur du crime, s'était débarrassé du corps. Les OPJ se sont laissés conduire par le suspect, croyant qu'il les mènerait là où il avait caché le corps de sa nièce.
(João occupé à jouer à cache-cache avec la police et les voix de plusieurs personnes le traitant d'assassin, de bandit, etc.)
Voix hors-champ :
(prison de Belas) João Cipriano purge sa peine dans la prison de Belas, où sont incarcérés ceux qui sont condamnés pour crimes sexuels et crimes contre les enfants.
(Leonor dans une salle d'étude) Il y a plus de quatre ans que Leonor tente de passer inaperçue dans la prison de Odemira, une prison pour femmes, le crime pour lequel est condamnée Leonor Cipriano n'est pas le pire mais les détenues, séparées de leurs petits, ne supportent pas celles qui maltraitent les enfants. Le silence de Leonor derrière les barreaux contraste avec le bruit public que la recluse provoque encore.

Les photographies publiées dans l'hebdomadaire Expresso ont conféré à la prisonnière un rôle de victime et ont fait soupçonner que la confession de Leonor selon laquelle elle aurait tué sa fille pourrait avoir été obtenue sous coaction, aux mains des inspecteurs de la PJ qui l'ont interrogée. La prétendue agression aurait eu lieu à la fin de Septembre 2004 au commissariat de la PJ de Faro.
Le Ministère public a enquêté sur l'affaire et décidé d'inculper les cinq inspecteurs de la PJ ayant participé à l'instruction du dossier Joana. Le procès a débuté en Octobre l'année dernière (2008) au tribunal de Faro et n'est pas encore terminé.
Gonçalo Amaral, ancien coordinateur de la PJ, a mené l'enquête dans l'affaire Joana. Les procureurs l'ont accusé d’omission de dénonciation, l'ancien coordinateur aurait couvert l’épisode, en n'ayant pas pris de mesures contre les possibles agresseurs.
La directrice de la prison de Odemira est un témoin clé dans ce procès. Dans le rapport publié par l'Association contre l'exclusion par le développement (ACED) en 2008, Ana Maria Calado, citée par l'auteur du document, affirme avoir été surprise par la violence dont la prisonnière avait fait l'objet, en pointant que l'agression avait eu lieu à la PJ, et avoir fait prendre des photos de la détenue, photos qui allaient finir par être publiées dans Expresso.
Paulo Pereira Cristóvão : (ancien inspecteur PJ) Je ne doute pas que Leonor Cipriano ait été attaquée, mais ça n'a pas eu lieu dans les locaux de la police judiciaire. Où a été agressée Leonor Cipriano? Qui s'est occupée d'elle pendant tous ces jours devrait pouvoir l'expliquer. Nous aimerions beaucoup que la prisonnière peut-être la plus médiatique de cet établissement sache par qui elle a été attaquée.
VO : À Faro, après l'audience où elle a été entendue comme témoin, Ana Maria Calado a quitté le tribunal par une porte latérale, réussissant à éviter les journalistes. La Direction générale de l'administration carcérale refuse de commenter la déposition de la directrice de la prison d'Odemira. SIC s'est entendu dire que la vérification des faits appartenait entièrement au tribunal.
PC :  Que sont maintenant les révélations de Leonor ?
MAC : Je ne suis l'avocat de Leonor que depuis cinq mois...
VO :  le procès de Leonor Cipriano fait grimper de plus en plus la notoriété de MAC, dont les bureaux sont à Madère. MAC y défendait des affaires peu attrayantes pour ceux qui veulent faire le métier d'avocat, mais il arriva sur le continent avec l'esprit altruiste dans ses bagages, quelques jours après la disparition de Madeleine McCann, pour participer à la recherche. L'image qu'il donna de lui-même à ce moment-là allait contaminer toutes les déclarations qu'il produisit ensuite. MAC se présenta aux médias comme un médium. Il prétendit avoir eu des visions du corps de Madeleine McCann jeté dans les puits sans fond du vaste barrage de la rivière Arade, à Silves.
MAC : La police judiciaire m'a tout simplement ignorée, je parlais avec deux personnes de la PJ, à différents moments, ils m'ont presque ridiculisé, bien que je sois avocat

VO : La disparition de Madeleine McCann suscita la création d'un fonds, alimenté par les contributions anonymes de centaines de personnes, pour la plupart britanniques, le soutien principal étant dû à la philanthropie d'un millionnaire anglais du nom de Brian Kennedy. Avec l'argent du fonds, les MC ont engagé une agence de détectives espagnole, Metodo 3.
MAC : Quand j'ai téléphoné à Metodo 3 et leur ai parlé d'indices qui pointaient vers Silves, les détectives ont été immédiatement intéressés et ont fixé un jour pour venir parler avec moi, je me trouvais à Praia da Luz, à l'Ocean Club, en décembre 2007.
VO : L'agence de détectives semble s'être davantage intéressée à l'avocat qu'aux pistes visionnaires qu'il poursuivait, car ils ne lui ont pas garanti l'argent dont il avait besoin pour concrétiser pleinement la recherche.
MAC : Ils m'ont dit que les parents donnaient la priorité aux pistes dont l'hypothèse première était l'enfant vivante. C'est ensuite qu'ils m'ont dit, Dr Aragão, nous sommes très inquiets parce qu'il y a un élément commun dans les deux affaires, c'est Gonçalo Amaral qui, pour des raisons pour lesquelles nous n'avons pas réussi à recueillir des preuves, quoique nous ayons réussi à les cerner grâce à des indices déjà réunis, cet élément, Gonçalo Amaral, s'intéresse systématiquement non à chercher les enfants mais à cacher les véritables auteurs de ce qui est arrivé et... errr.. à incriminer des parents innocents. La même chose est arrivée dans l'affaire Joana, m'ont-ils dit, dans laquelle la mère a été inculpée pour la mort de Joana ...
PC : Savez-vous que Metodo 3 était entré en contact avec l'ancien avocat de Leonor Cipriano, pour qu'il les aide...
MAC : Oui, je sais.

João Grade dos Santos :  - C'est vrai, ils m'ont contacté.

PC : Et que voulaient-ils exactement ?
JGS : Ils étaient en train de faire leurs recherches et ils ont dit que je pourrais peut-être les aider et c'est pour ça qu'ils m'ont contacté.
PC : Mais ils dit en quoi vous pourriez les aider?
JGS : Ils ont dit qu'ils enquêtaient sur l'affaire Maddie.
PC : Et ont-ils dit en quoi, comment vous pourriez les aider dans ce qui n'avait rien à voir avec votre affaire?
JGS : Ils ont dit qu'ils m'avaient contacté parce que j'étais en train de travailler sur une affaire qui selon eux ressemblait un peu à la leur.
PC : Avez-vous été harcelé ou non?
JGS : Harcelé, pas vraiment, mais ils m'ont informé que, si c'était le cas, il y avait des moyens pour ...

VO : le refus de João Grade de travailler avec les détectives espagnols, fit que Metodo 3 se rabattit sur l'avocat de Madère qui avait participé aux recherches en offrant ses services médiumiques.
MAC : Metodo 3 ne m'a pas demandé de collaborer dans l'affaire Joana, ils ne m'ont pas demandé d'être l'avocat de Leonor, ils m'ont seulement demandé de mener une enquête en tant qu'avocat.
VO : Quand les détectives de Metodo 3 ont contacté João Grade pour qu'il collabore, la demande avait une clause obligatoire qui semblait être le sujet important pour l'agence, la clé.
PC : Ils vous ont parlé de quelqu'un en particulier?
JGS : Bien sûr, il est évident qu'ils ont dû m'en parler, il était difficile de ne pas me parler de l'inspecteur le plus médiatique du moment ...
PC : Gonçalo Amaral.

JGS : Exactement. C'est lui qui était responsable des deux affaires.

MAC : (au tribunal) Gonçalo Amaral soutient que le procès ...

VO : Marcos Aragão Correia a mordu à l'hameçon que João Grade avait rejeté.
MAC : Quand je suis parti analyser l'affaire Joana, je connaissais l'affaire Madeleine et j'ai eu un choc quand j'ai vu que les deux affaires avaient un élément commun en la personne du coordinateur, Gonçalo Amaral, qui avait un intérêt caché, de nature inconnue, consistant à se concentrer systématiquement sur les mères des enfants sans avoir la moindre preuve contre elles.
VO : À la prison d'Odemira, Leonor Cipriano, quelques mois après le refus de João Grade de coopérer avec Metodo 3, reçut la visite d'un juriste de l'Association contre l'exclusion par le développement (ACED). Qui était ce juriste ? Le même qui avait signé le rapport citant la directrice de la prison de Odemira, le texte dans lequel Ana Maria Calado rendait les inspecteurs de la PJ responsables des marques d'agression sur le corps et le visage de Leonor Cipriano. L'avocat de l'ACED n'était autre que l'avocat de Madère, Marcos Aragão Correia. MAC, celui-la même qui avait eu la vision du barrage de Arade et avait collaboré à la recherche de Madeleine McCann, celui que l'agence de détectives Metodo 3, payée par les McCann, a invité à s'intéresser à l'affaire Joana. Il ne reste qu'à le décrire dans son nouveau rôle d'avocat de Leonor Cipriano.
Cinq mois après la rédaction du rapport de l'ACED, Marcos retourne à la prison d'Odemira pour parler à nouveau avec Leonor Cipriano et il en sort comme avocat de la détenue, substituant João Grade dos Santos.
MAC : C'est au moment où nous avons ce nouveau contact et où je vais ré-interroger Leonor, err, que Leonor demande immédiatement, ça s'est passé plus ou moins comme ça, "vous montrez de l'intérêt pour moi, je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi déterminé à me défendre, restez avec moi comme un avocat. J'ai alors beaucoup réfléchi et j'ai décidé de dire à João Grade que j'allais faire la volonté de Leonor et que je voulais le remplacer...
JGS : Leonor a compris qu'elle pouvait choisir un autre avocat, et l'a fait.
PC : Ne trouvez-vous pas naturel qu'il y ait une relation entre votre refus et le fait d'avoir été quelque temps plus tard remplacé par un autre avocat?
JGS : Je ne relie pas une chose à l'autre.

VO : Le changement d'avocat modifia complètement le cours de l'action en justice que Leonor Cipriano avait entamée contre les inspecteurs de la PJ, les accusant de l'avoir agressée. MAC se consacre désormais à l'affaire aveuglément, accomplissant étape par étape le script que l'agence de détectives Metodo 3, engagée par les MC, lui avait fixé quand, des mois auparavant, ils lui avaient demandé de collaborer.
MAC : C'est un cauchemar pour Gonçalo Amaral et les autres accusés que je me sois concentré sur l'affaire, parce qu'il s'attendaient à une défense... à une accusation qui soit complaisante pour la défense.
António Cabrita : (avocat de Gonçalo Amaral) L'action de celui qui défend Leonor Cipriano vise plus à dénigrer l'image et la réputation de mon client et c'est ce qu'il cherche à faire avec cette assignation en justice. Et par conséquent les intérêts personnels qui sont en discussion dans ce procès sont les intérêts de Leonor Cipriano qui sont détournés pour d'autres fins, spécifiquement pour l'affaire Maddie, qui ne sont pas l'objet de ce procès. C'est cela qui est patent et devrait, à mon avis, être dénoncé et je le dénonce comme citoyen.
PC : On voit une absence totale de stratégie, on voit la mauvaise volonté de la personne en question, comme on le voit depuis le premier jour où, cela est un fait, c'est quelque chose qui a déjà été dit et c'est pourquoi nous pouvons en parler ici aujourd'hui, il est allé voir notre avocat pour lui proposer un accord, et cet accord était "vous accusez tous Gonçalo Amaral qui est celui qui m'intéresse et je ferai en sorte que Leonor Cipriano dise que vous n'avez rien à voir avec ça". 
VO : MAC ne confirme pas l'existence d'un accord formel, il assume cependant avoir fait une proposition à l'avocat des quatre arguidos, mais qui résultait du fait que l'un d'entre eux, et c'est venu aux oreilles de MAC, pointait la responsabilité des agressions vers Gonçalo Amaral et un autre inspecteur entretemps décédé.
La transparence de MAC devient désarmante, il semble porter un lourd fardeau qui, selon ses paroles, en fait, ne lui appartient pas.

MAC : Toute personne avec un minimum d'intelligence verra que si vous défendez une partie, par conviction, pour des idées, parce que vous pensez la vérité est là que, évidemment cette partie que vous soutenez évidemment vous apporte un soutien moral, et je sais que quand vous avez besoin de cette partie, vous trouvez son soutien.
VO : Il n'y a aucun signe extérieur de richesse, et sa notoriété récente ne lui a même pas amené de nouveaux clients.
MAC : actuellement je ne travaille que pour Léonor, pour personne d'autre.
PC : Et qui paie?
MAC : Je travaille pro bono, j'ai des moyens financiers qui me le permettent.
PC : Marcos Aragão Correia est la seule face visible d'une cause plus profonde, il croit que quelqu'un de plus puissant le protège, entretemps la carrière d'avocat qui semblait le passionner, se désagrège pièce par pièce, sans que l'invisible face lui vienne en aide pour remettre chaque pièce à sa place, il se réfugie dans l'obligation de garder le silence sur ce qui le lie à Metodo 3, l'agence de détective qui dans cette enquête journalistique est le point de rencontre entre toutes les faces visibles et invisibles.

VO : L'agence de détectives espagnole fut engagée par les MC peu de temps après la disparition de leur fille et Metodo 3 reçut 8.000 livres par mois payés par le millionnaire qui assumait les coûts de la recherche. Pendant la première année, les frais de Madeleine's Fund en détectives privés ont atteint quelque 250 mille livres.
À la fin Janvier, nous avons rencontré à Madrid un ancien collaborateur de M3 au cours de la phase où les détectives de l'agence se partageaient entre l'Afrique du Nord et l'Europe sur la piste de Maddie.
PC : L'ex-collaborateur de M3 qui a accepté de rencontrer SIC à Madrid à un étage de la Tour Picasso, a rompu ses relations avec les détectives il y a presque un an, l'entretien avec lui a été accepté moyennant des règles établies par lui, notamment le fait qu'il ne pourrait être identifié en aucune manière au cours de la conversation. La version qu'il nous a racontée est cependant d'une pertinence extrême pour le journalisme d'investigation.
VO : Selon cet élément de M3, l'agence poursuivait obsessionnellement la piste d'une enfant vivante, alors que tous les indices pointaient vers le fait qu'elle était morte. X a surtout coupé les relations avec l'agence en pour cela, parce qu'il savait qu'aucun ravisseur ne supporterait la pression médiatique mondiale sur la recherche d'une fillette qui entrait constamment dans tous les foyers de la planète.
PC : Contactée par SIC l'agence de détectives M3 a déclaré qu'elle n'accordait pas d'interview sur l'affaire et a fermé la porte quant à tout éclaircissement.
À la porte de l'agence de détectives à Madrid, nous faisons une autre tentative. Nous avons envoyé un sms directement à un détective qui était lié à l'enquête en Algarve. Nous avons révélé que nous avions des données à propos desquelles l'agence pouvait fournir des explications.
VO : Dans une interview pour CBS et la BBC pour une émission spéciale sur la disparition de Madeleine McCann (Panorama) diffusée par SIC, le directeur de M3 confirme l'idée fixe de l'agence à nourrir la thèse selon laquelle Madeleine serait encore en vie.
Francisco Marco : Nous sommes sûrs à 100% qu'elle est vivante. Je sais qui est le kidnappeur et je sais où il se trouve. Nous savons qui il est et comment il s'y est pris.

VO : En Décembre 2007, Francisco Marco recommença à faire des déclarations assurant que Madeleine McCann serait chez elle avant Noël. Les MC à la même époque disaient qu'ils continuaient à faire confiance à l'agence de détectives, mais ils passèrent leur premier Noël sans leur fille.
La collaboration des MC avec l'agence espagnole fut entre-temps interrompue, mais lors d'un voyage éclair à Lisbonne en Janvier de cette année (2009), Gerald MC déclara que le travail des détectives espagnols pourrait reprendre à tout moment.
PC : L'enquête privée avec les détectives espagnols continue?
Gerald MC : Il est clair que nous avons recruté des gens. Si nous obtenons des informations, nous utiliserons les services des gens, quelle que soit la juridiction, mais nous travaillons avec les autorités.
VO : Lors de cette visite le père de Madeleine vint enterrer une hache de guerre avec les autorités portugaises, il fut même suave pour Gonçalo Amaral.
PC : Avez-vous l'intention de prendre des mesures juridiques cons les autorités portugaises, ou contre un organe de presse portugais, par exemple?
PC : Nous voulons préciser que le passé est le passé et nous voulons nous concentrer sur ce que l'on peut faire dans la recherche.
PC : Avez-vous lu le livre de Gonçalo Amaral, l'ancien coordinateur de la PJ ?
GMC : Je crains que mon portugais ne soit pas assez bon. Eh bien, nous sommes ici pour essayer de faire avancer la recherche .

VO : La correspondante de SIC à Londres a contacté à plusieurs reprises le porte-parole des MC pour solliciter un entretien sur la manière dont ils sont liés à M3 .
Rita Jordão : Nous voulions savoir ce qui avait conduit les détectives espagnols de M3 cas à mettre en rapport Joana et Madeleine, à se concentrer sur Gonçalo Amaral. La réponse de Clarence Mitchell, porte-parole des McCann, nous est parvenue à travers un message écrit, disant que les MC n'accorderaient pas d'interview sur des questions qu'ils considéraient comme négatives.
VO : Une fois seulement les MC ont fustigé Gonçalo Amaral, ce fut lors de l'entretien avec Expresso en Septembre 2008. Les déclarations de Kate McCann révélaient la colère de la famille vis-à-vis de ce qu'avait fait Gonçalo Amaral. La mère de Madeleine McCann ne s'est pas privée de prononcer la phrase qui fit un gros titre. (Gonçalo Amaral est une honte).
Gerry n'a pas hésité à faire un commentaire sur la vente du livre de Gonçalo Amaral au Portugal, environ 200 mille exemplaires (C'est ce qu'on pourrait appeler de l'enrichissement illicite).

VO : L'interview des MC à Expresso n'a pas été digérée par Sofia Leal, licenciée en tourisme et fonctionnaire de la junte de Portimão.
Sofia Leal : Je n'admets pas que cette personne insulte mon mari. Je pense qu'ils devraient se concentrer sur la production de résultats valables, dire la vérité et ne pas se soucier des enquêteurs de l'affaire. Ils sont les parents d'une enfant qui est morte et sont donc sous le coup d'une souffrance atroce, la pire souffrance qui puisse arriver à un être humain, la mort d'un enfant. Mon mari est profondément religieux, et je sais qu'il ressent une douleur immense de savoir que ces parents ont perdu leur fille mais malgré cela ils doivent réagir, ou réagir de façon à se protéger et protéger leurs deux plus jeunes enfants.
VO : Sofia Leal parle d'elle-même et de son mari, Gonçalo Amaral a signé un contrat avec une société productrice pour la TV qui l'empêche de donner des interviews sur l'affaire pour les programmes de reportage. Heureusement pour cette interview, elle connaît tous les détails de l'enquête menée par son mari. Il a pris sa retraite, mais elle non.
Sofia Leal passe des heures à naviguer sur son ordinateur entre le Portugal et l'Angleterre, en suivant beaucoup de ce qui s'écrit à propos de l'affaire, la blogosphère étant le théâtre d'une bataille de haine, d'un côté Gonçalo Amaral, le policier hostile et obsédé, poursuivant un couple innocent, de l'autre un couple que l'on blâme pour la mort de sa fille et qui a fui, couvert par le gouvernement britannique, à cause de la thèse de Gonçalo Amaral.

Kate MC : S'il vous plaît rendez-nous notre petite fille. Por favor devolva a nossa menina.
VO : l'opinion publique mondiale a manifesté un comportement bipolaire concernant les MC. D'abord la solidarité, le dévouement, la passion, sentiments forcés au maximum dans une pression globale qui leur a ouvert pendant 34 secondes symboliques la dernière porte du Vatican. Ensuite la méfiance, le trouble, la rage (Kate arrivant au commissariat de Faro sous les huées).
Le 7 septembre 2007, le jour où ils ont été faits arguidos, a changé le cours de l'histoire pour McCann.
Martin Brunt : Je me souviens que j'étais en face du commissariat de Portimao quand Kate McCann est arrivée pour être interrogée et des huées venaient de la foule (Kate McCann marchant vers l'entrée du commissariat sous les huées). C'est la première fois que j'ai pris conscience de cette hostilité.
VO : Martin Brunt fut l'un des premiers journalistes Britanniques à arriver en Algarve après la disparition de Madeleine.
MB :  On accepte maintenant à l'échelle mondiale que le démarrage de l'enquête de police a été lent. Il n'y avait pas vraiment de sentiment d'urgence. Le premier policier qui est apparu sur les lieux a refusé d'accepter le point de vue des MC sur le fait que Madeleine McCann avait été enlevée.
VO : La nouvelle est restée pendant un an à la une des journaux britanniques et en tête de list des des alignements télévisés tous les alignements possibles, divers indemnités versées au couple élloignèrent Madeleine de l'actualité. Chaque fois que le sujet ressurgit, on comprend que les McCann sont loin de retrouver leur statut de victimes.
29'14 "Martin Brunt - Si j'écris sur eux sur notre site Web, je reçois des dizaines, dans certains cas des centaines de réponses et de commentaires, en grande majorité hostiles aux MC.

VO : Tony Bennett, l'avocat passionné par l'affaire et critique de l'aveuglement des MC estime que les conditions nécessaires sont réunies pour rouvrir le procès judiciaire au Royaume-Uni.
Tony Bennett : En mémoire de Madeleine, ou si vous préférez pour le bien de Madeleine, nous croyons qu'il faut qu'il y ait une enquête complète, une enquête sur toutes les circonstances, dans une cour de justice, ce ne serait pas un procès pénal, ce serait une enquête, qui est comme une investigation d'un grand, grand mystère, avec des gens de divers bords, défendant des arguments différents, c'est un grand, grand mystère.
VO : Le mystère c'est ce qui reste de cette histoire, c'est ce qui reste de ces histoires, d'innombrables incertitudes qui augmentent à chaque pas. Croiser deux affaires distinctes dans leur essence comme essaya de le faire l'agence de détectives recrutée par les MC ajoute seulement un nouveau chapitre à ce mystère.